Un vignoble préservé - Champagne Philipponnat

Un vignoble préservé

02 août 2021 4 minutes de lecture

Rencontre avec Aurélia Jamain, Responsable Vignoble et Approvisionnements

Aurélia Jamain nous parle de la conduite raisonnée du vignoble chez Champagne Philipponnat.

Quel soin apportez-vous au vignoble en hiver ?
Nous venons de finir la taille et le liage. Cette année, nous avons passé beaucoup de temps à travailler les sols, à la fois pour réduire l’enherbement entre les rangs de vigne et pour aider l’eau à s’infiltrer dans le sol. Depuis trois ans, les sécheresses successives ont fait souffrir la vigne. Il fallait donc limiter la concurrence de l’herbe et permettre à la vigne de se réapproprier l’espace sous-terrain. Le travail à la vigne se fait toute l’année, et il est essentiel de bien travailler les sols pour donner toutes ses chances à la vigne de grandir dans les meilleures conditions.

Un vignoble préservé - Champagne Philipponnat

Jusqu’où allez-vous dans la culture raisonnée de la vigne ?
Nous sommes dans une logique de viticulture ultra-raisonnée. Les changements de conditions climatiques nous obligent à nous adapter, à changer nos méthodes de travail, mais c’est aussi une volonté de la Maison depuis de nombreuses années. Par exemple, cela fait bien longtemps que nous n’utilisons que des engrais organiques, et que nous n’utilisons plus aucun insecticide ni herbicide. Nous avons une approche globale de notre environnement, qui va au-delà du cahier des charges Agriculture biologique, qui s’arrête aux produits de la vigne : nous prenons en compte la vigne, l’environnement, mais aussi les hommes et les femmes qui travaillent au domaine.

Nous sommes dans une logique de viticulture ultra-raisonnée. Les changements de conditions climatiques nous obligent à nous adapter, à changer nos méthodes de travail, mais c’est aussi une volonté de la Maison depuis de nombreuses années.

Quels sont vos projets ?
Nous mettons en œuvre chaque année de nouvelles démarches pour préserver notre environnement et offrir à la vigne ce dont elle a vraiment besoin. Pour être efficace, il faut d’abord bien observer l’environnement et être extrêmement précis dans nos choix. Cette année, nous avons développé un programme de plantation de haies, de jachères fleuries, d’auxiliaires : le vignoble est un écosystème où tout est connecté. Au Clos des Goisses, nous allons planter 130m de haies, des variétés endémiques. Nous voulons voir revenir davantage d’abeilles. Nous sommes inscrits à l’Observatoire Agricole de la Biodiversité, nous avons installé des nichoirs, nous observons les espèces qui vivent sur nos vignobles pour pouvoir les quantifier et les répertorier. L’an prochain, nous allons semer des engrais verts pour aider la vigne, en nourrissant les sols et en luttant naturellement contre les mauvaises herbes. Cette année est l’année zéro, et je suis convaincue que nos choix et nos actions entreprises cette année auront d’ores et déjà impact sur ce que nous recenserons l’an prochain.